Jean-David BOUSSEMAER
Since 2004
Works in Paris France

BIO
CONSULTANT SEO / SMO

- Site : http://boussemaer.fr

Discussions (8) Opportunities (0) Events (0) Jobs (0)
DISCUSSION

Nuke (Paris) : « One Shot » de Gilles Balmet


Gilles Balmet a choisi de presenter pour son exposition « One Shot » a la galerie Nuke (Paris), un ensemble d’oeuvres faisant un echo a sa participation dans le magazine Nuke et jouant sur la double fonction du lieu (galerie / bureau).

Les oeuvres sont inspirees du test de Rorschach, ici traduit dans des recherches formelles lui ouvrant de nouvelles potentialites. L’artiste propose, pour la vitrine de la galerie, la piece inedite "Window" realisee en decoupe adhesive a partir de l’oeuvre publiee dans Nuke#2 (sortie le 20 octobre 2005), tandis que dans l’espace interieur, l’installation "Archives" vient occuper l’espace d’une bibliotheque investie par des sculptures decoupees dans des classeurs, qui au-dela d’une variation sur le theme de Rorschach, interroge la notion d’archivage et de classement des oeuvres.

Enfin, la peinture sur toile de la serie "Untitled" ("Rorschach", 2005) offre une reflexion sur la rationalisation d’un motif pictural dont l’ordre symetrique repete intervient comme principe organisateur d’elements chaotiques.

Gilles Balmet
Ne en 1979 a Grenoble.
Diplome en 2003 de l’Ecole Superieure d’Art de Grenoble.
Vit et travaille a Paris.
http://gillesbalmet.free.fr/

Galerie Nuke
11, rue Sainte-Anastase. 75003 Paris
galerie@nukemag.com - http://www.nukemag.com

L’exposition est presentee du 14 janvier au 4 mars 2006.
Vernissage : le 14 janv. 2006

DISCUSSION

Digital Garden de Gilles Balmet - ESAD (Amiens, France, ete 2005)


Extrait du communique de presse de l'exposition "Digital Garden" (Ecole superieure d’art et de design d’Amiens, du 12 juillet au 25 septembre 2005) :

Gilles BALMET presente sa premiere exposition personnelle dans la toute nouvelle GALERIE de l’Esad, l’Ecole superieure d’art et de design d’Amiens. Jeune artiste forme a l’ecole des beaux-arts de Grenoble, il propose une lecture de moments du quotidien dont il transforme l’apparente banalite en une experience captivante. Chaque oeuvre, peinture, sculpture ou video, transforme le produit d’une perception fugace en une experience spatiale ou temporelle y donnant sens. Invitation a parcourir l’invisible, l’oeuvre de Gilles BALMET presente une maturite artistique tres prometteuse.
Gilles BALMET est ne en 1979 a La Tronche. Il est diplome de l’Ecole superieure d’Art de Grenoble (2003). Il vit et travaille a Paris, ou il est actuellement en residence a la Cite Internationale des Arts.

L’Esad, ecole d’art et de design d’Amiens, a choisi de presenter le travail de Gilles BALMET pour inaugurer sa galerie. Ce choix s’est impose naturellement car son oeuvre, alors qu’il a a peine 26 ans, exprime une maturite de pensee qui transcende parfaitement l’ensemble des mediums qu’il utilise. Privilegiant sans cesse le sens, il nous etonne par sa capacite a deployer de multiples moyens d’expression. Or nous connaissons bien, dans les ecoles d’art, la difficulte de nos etudiants a integrer le support dans l’acte de penser l’oeuvre afin d’en realiser une forme accomplie. Gilles BALMET le reussit.
Prenons son travail sur les tests de Rorschah, ces tests destines a provoquer une interpretation psychologique a partir de la lecture d’une tache noire aux formes aleatoires. Alors que nous supposions en avoir tout vu, au moment meme ou nous voudrions nous en dessaisir, Gilles BALMET en propose une multiplication serielle qui tente d’annuler l’enigme du « un ». Y aurait-il la une proposition de banalisation ? La toile repliee sur elle-meme cree des sequences visuelles ordonnees. La trame rassure. Mais le reseau constitue par l’ensemble des figures nous plonge dans une perplexite inquiete. Car l’enigme du « un », que l’on pourrait supposer dissoute par la proposition de sa pseudo reproductibilite, nous confronte soudainement a l’angoisse du multiple. Le regard se fait prisonnier de l’entrelacement des formes, cherchant a percevoir dans l’espace du plan un labyrinthe qui n’existe que dans l’ordre du temps. La figure virtuelle nous revele que si l’enigme primordiale etait resolue, l’issue n’en serait pas moins d’avoir a resoudre celle qui lui est adjacente. Et cela, indefiniment.
Gilles BALMET propose une echappee hors de la toile, en donnant corps aux figures. Les taches se font chrysalides, les interpretations deviennent papillons. Les insectes volant naissent ainsi emancipes de leur destin d’encre noir. Mais leur liberte nouvelle dessine dans l’espace notre destin funeste, car des tests initiaux soumis a notre imagination sont nes les figures qui nous soumettent a leur tour a la force de leur presence physique. Explorant une troisieme approche, par la video, Gilles BALMET concentre notre regard sur un arbre dont la decoupe apparait noire telle une ombre chinoise. Branches et feuilles forment une nouvelle image de reseau. L’etrange vient des formes mouvantes, imperceptibles silhouettes d’oiseaux, possibles interpretations des taches noires.
L’instant est toujours, dans les videos de Gilles BALMET, un moment de vie revele, amplifie a l’extreme. Sa force est de faire emerger d’une situation banale un projet dont, au premier abord, l’harmonie prealable joue le leurre esthetique. La figure reste stable. Il s’y inscrit pourtant invariablement un ecart par lequel notre imaginaire va inscrire une forme poetique, un sentiment d’ « inquietante etrangete », une revelation des structures infimes sur fond de persistance temporelle. D’un travail exploratoire, il fait oeuvre inquisitrice, alors meme que le dispositif reste minimal. L’espace de l’atelier, un reflet, des gouttes d’eau ou une scene epiee de chantiers sont autant de non-evenements pretextes pour devoiler pour chacun une dimension vivante, endogene, insaisissable.

Commissariat : Marie-Claire Sellier

- Integralite du communique de presse : http://gillesbalmet.free.fr/news/Gilles%20Balmet%20Digital%20Garden%20dossier%20de%20presse.pdf

- Site de l'artiste : http://gillesbalmet.free.fr/

DISCUSSION

Blog : Paddytheque


Paddytheque" is a French-speaking blog exclusively devoted to the contemporary art in Paris: Digital arts, Cinema, Design & Mode, Drawing & Painting, Music, Performance & Theatre, Photograph & Video, Sculptures & Installations...

This site is accessible to: http://paddytheque.free.fr/blog/

For three months, Paddytheque has proposed many summaries, photographs about major events in the Pompidou Center, Palate of Tokyo, Space Paul Ricard, and in many galleries (Marian Goodman...)

A monthly diary (about contemporary art in Paris) is available to: http://paddytheque.free.fr/sorties.htm

------------

La Paddytheque est un blog francophone exclusivement consacre a l'actualite de l'art contemporain a Paris : Arts numeriques, Cinema, Design & Mode, Dessin & Peinture, Musique, Performance & Theatre, Photo & Video, Sculptures & Installations...

Le site est accessible au : http://paddytheque.free.fr/blog/

Depuis trois mois, La Paddytheque met en avant diverses manifestations - tenues au Centre Pompidou, au Palais de Tokyo, a l'Espace Paul Ricard ainsi que dans de nombreuses galeries (Galerie Marian Goodman...) - et propose de nombreux resumes, photos...

Un agenda mensuel sur l'art contemporain a Paris est disponible au : http://paddytheque.free.fr/sorties.htm

Jean-David Boussemaer

DISCUSSION

A


La Station (Nice, France) presente pour l’inauguration de son nouvel espace, l’exposition : “M. SAISSI de CHATEAUNEUF-DABRAY” avec 7 jeunes artistes :

Olivier Babin, Benoit Broisat (http://benoit.broisat.free.fr/), Colin Cook & Bill Shambaugh, Dimitri Coste, Sivan L. Rubinstein, Beatrice Utrilla & Michel Cloup

Vernissage le samedi 6 novembre a partir de 17 heures. A cette occasion : “Snooze”, performance de Faycal Baghriche qui se deroulera a partir de 19 heures.

Communique : « Pour l’ouverture au public de son nouvel espace d’exposition, La Station a choisi de presenter le travail de sept jeunes artistes ou duo d’artistes. La plupart d’entre eux n’avait jamais auparavant expose dans une maison de retraite desaffectee. Si formellement ils ont peu en commun (chacun travaille plutot dans un domaine bien marque : sculpture, peinture, video, performance, photographie, dessin, etc.), il semble pourtant que leurs preoccupations tendent a se recouper en un point imprecis mais reel, la ou quelque chose remonte : un souvenir, une nostalgie, une commemoration, une reminiscence ou des madeleines. Tout ca entre des vieux murs, a l’ombre presque d’une treille bientot centenaire. »

Exposition du 7 novembre 2004 au 30 janvier 2005. La Station est ouverte du jeudi au dimanche de 14 heures a 19 heures (fermee les 24, 25, 31 decembre et 1er janvier)

10, rue Moliere F-06100 Nice
Tel. : 04 93 51 75 41
Mail : starter@lastation.org
http://www.lastation.org/

DISCUSSION

Media / Hors media ?


Media / Hors media ?

Les 3emes Rencontres de la Revue electronique
Espace des Blancs Manteaux - Centre Pompidou (16, 17 et 21 octobre) 2004 - Point Ephemere (Printemps 2005)

Pays invite d’honneur : la Pologne

Les 16, 17 et 21 octobre 2004 a Paris, l’association Superflu organise pour la troisieme annee consecutive les Rencontres de la revue electronique. Fondees en 2002, les Rencontres entendent recenser des propositions editoriales parmi les plus originales sur le web francophone, mettre en valeur les nouvelles formes d’ecriture suscitees par l’edition electronique et impulser un echange entre les editeurs et le public. Resolument festive, l’edition 2004 a pour theme « Media / Hors Media ? » et se deroule en trois temps :

1) Deux jours de rencontres publiques « Be the media ? », avec des revues electroniques (*) et une carte blanche au collectif polonais Twozywo (www.twozywo.art.pl)
les 16 et 17 octobre toute la journee, a l’Espace des Blancs Manteaux (48 rue Vieille du Temple, 75004 Paris), dans le cadre du 14e Salon de la Revue. Entree libre.

2) Une journee de tables rondes : « L’edition electronique : des nouvelles ecritures mediatiques, entre information et creation »
ponctuee d’un concert live et en reseau Ping Melodies, du Polonais Pawel Janicki accompagne du saxophoniste Akosh S
le 21 octobre de 14h30 a 21h30, au Centre Pompidou. Entree libre.

3) Une exposition et des performances « Play the Media ! » au printemps 2005, au Point Ephemere (Jaures-Stalingrad)

(*) Revues invitees : Arte radio, Chaoid, Desordre, Fabula.org, Fluctuat.net, Hypercourt (editions e®e), La Lettre Internet Actu (FING-INIST), Mudam.lu/Magazine, Pleutil, Remue, La Revue des ressources, La Revue du Theatre de la Colline, La Spirale, SPrInT, Synesthesie, Tourgueniev.com, Un regard moderne, Zazieweb.

Thematique 2004 : Media / Hors Media ?
Internet est communement presente comme un "nouveau media". Passons sur le qualificatif "nouveau" (pourquoi nouveau ? et pour combien de temps ?)... et concentrons-nous sur "media". Les initiatives editoriales que recele le reseau ne semblent pas pouvoir etre circonscrites a un champ "mediatique" au sens commun de ce terme. Quid des initiatives litteraires et des revues de creation, des journaux intimes et autres "blogs" personnels qui font et defont chaque jour une toile reputee instable, insaisissable ? Que dire des sites qui ne semblent utiliser ce "medium" que pour mieux se distinguer des medias traditionnels et des pouvoirs qui lui sont conferes, dans une demarche que l'on pourrait qualifier d'altermediatique ?
Etre ou ne pas etre un media, telle pourrait etre la question. Par dela son acception empruntee au champ de la cyberculture (« The medium is the message », enoncait des les annees soixante le celebre Marshall McLuhan), la thematique actualise les differents sens politique, artistique et communicationnel du terme. Elle confere un cadre critique homogene et un espace d’expression ludique communs a l’ensemble des revues, editeurs, artistes, associations & collectifs invites aux Rencontres.

En 2004, Les Rencontres conservent leur formule d’invite d’honneur a un pays europeen. Apres la Belgique en 2003, la Pologne sera a l'honneur. Elles s’articulent autour de la question Be the media ? ou la problematique de la democratisation de l’edition en ligne, vue sous l’angle geopolitique et informationnel. Et vous suggerent l’injonction joyeuse du Play the media ! ou la problematique du performatif et du spectaculaire envisagee du point de vue des arts mediatiques.